Foresterie Communautaire

DESCRIPTIF DU PILIER

Face à l’insécurité foncière qui guette les communautés forestières, le Réseau CREF s’est référé aux dispositions légales (article 22 de la Loi 011-2002 du 29 Août 2002 portant Code Forestier) qui prônent la lutte contre la pauvreté pour les populations qui dépendent des ressources forestières en leur concédant une partie ou la totalité de leurs terroirs coutumiers en déclenchant le processus d’acquisition des concessions des forêts par les communautés locales et peuples autochtones.

C’est ainsi que ; par ce pilier nous voulons axer nos actions autour de l’accession par les communautés locales et peuples autochtones aux titres fonciers en vue d’une reconnaissance juridique de leurs forêts acquises en vertu de la coutume.

A travers le pilier sur la Foresterie communautaire, d’ici  cinq prochaines années (2017), nous voulons (que):

Améliorer le cadre stratégique de gestion des terroirs.

Plaider en faveur de l’amélioration des instruments juridiques qui régissent la foresterie communautaire.

Contribuer à l’augmentation de nombre de chefs terriens impliqués dans la sécurisation foncière des terres coutumières, les membres des communautés locales et peuples autochtones ayant participés aux activités CLIP dans leurs contrées.

Augmenter le nombre de cartes géo-référenciées des terres coutumières produites et vulgarisées avec des plans de développement intégré respectueux des normes environnementales.

Contribuer à atténuer les conflits fonciers en milieux coutumiers à travers des comités locaux de gestion et des moniteurs chargés de surveiller les usagers des terres au sein des forêts des communautés locales.

OBJECTIFS STRATEGIQUES

Une des stratégies de gestion durable des forêts en RDC est la foresterie communautaire.

 Objectifs stratégiques

Contribuer à la sécurité foncière des communautés forestières à travers la lutte contre :

 La sous-information des communautés locales et peuples autochtones sur la vision et le processus de la foresterie communautaire en RDC ;

Le retard dans la promulgation des textes légaux sur les forêts des communautés locales ;

Les conflits des limites entre les clans ;

La spoliation des terres coutumières par les firmes multinationales et autres intérêts individuels;

La faible contribution des ressources naturelles sur le bien-être socio-économique des populations forestières.

La quasi absence de données issues des recherches scientifiques axées sur les écosystèmes forestiers.

ACTIVITES INDICATIVES PREVUES :

Concertation entre communautés et entre acteurs.

Plaidoyer sur l’intégration du programme de sensibilisation en rapport avec la foresterie communautaire  dans le programme scolaire.

Organisation des conférences et séminaires-atelier sur les forêts des communautés locales.

Plaidoyer en faveur de la mise en place d’une coordination environnementale provinciale dans la quelle interviennent les acteurs étatiques et non étatiques.

Mise en place d’un plan de sécurité pour chaque organisation membre du Réseau CREF et autres acteurs ;

Actions pratiques en faveur du CLIP

Mise en place d’un fonds de secours aux acteurs environnementaux ;

Inventaire-micro-zonage-recherches-actions

Production des cartes des FCL

Renforcement des capacités des membres du comité de pilotage.

Elaboration des plans développement des entités  intégrées  dans la foresterie communautaire;

Mobilisation des membres de la communauté à soutenir le plan de développement;

Accompagner l’éducation des membres de la communauté ;

Organiser des activités de renforcement des capacités des leaders locaux ;

Structuration de la dynamique,

Création des écoles environnementales dans les milieux ruraux

REALISATIONS

La foresterie communautaire avait été lancé, de manière décisive en juillet 2010 en Territoire de Walikale comme site pilote.

Ce processus avait connu les étapes suivantes :

POUR L’ANNEE 2010 :

Atelier de lancement avec la participation des communautés locales et peuples autochtones concernés, des autorités politico-administratives et autres acteurs et leaders locaux.

Elaboration du plan simple de gestion, expression de l’affectation des terres, les mesures d’exploitation à faibles impacts, et quelques activités phares à mener dans le cadre d’utilisation durable des ressources forestières et la lutte contre la pauvreté.

Le voyage d’échanges en Tanzanie avec quatre délégués des quatre communautés concernées par le processus de foresterie communautaire.

La surveillance continue de l’utilisation des ressources par les communautés locales en identifiant les différentes menaces et espèces animales encore disponibles dans les quatre forêts des communautés locales.

POUR L’ANNEE 2011 :

La cartographie participative des droits de tenure foncière coutumière des BASENGENGELE.

La structuration des communautés en noyaux villageois de gestion forestière.

La tenue des assemblées communautaires dans les quatre concessions forestières et la mise sur pieds des organes de gestion.

Mener l’inventaire multi-ressources comme base scientifique pour la gestion des ressources forestières dans lesdites concessions communautaires.

POUR L’ANNEE 2012

La validation et la vulgarisation des plans simples de gestion conduites par les membres des comités locaux de gestion sous la supervision des conseils des sages.

Une réunion sur l’état d’avancement du processus de foresterie communautaire à l’intention de l’administration publique et des acteurs de la conservation du Nord-Kivu. De ces assises, une des recommandations majeures était la finalisation du plan de gestion en capitalisant les données issues de l’étude socio-économique.

Validation de la carte des droits des BASENGELE

La cartographie des droits des communautés BANISAMASI, BAFUNA et BANANZIGHA

Restitution des résultats de l’inventaire auprès des communautés afin de leur informer de la richesse biologique disponible dans leurs forêts.

CONTRAINTES

Retard dans la signature du Décret portant modalités d’attribution des forêts aux communautés locales et l’Arrêté portant gestion des forêts des communautés locales.

Au-delà de cette difficulté juridique, il y a aussi des difficultés techniques : la non finalisation de certaines études et/ou activités : (i) Mener l’étude socio-économique dans les villages de ces quatre futures concessions forestières des communautés locales ; (ii) Organiser un atelier d’appropriation des cartes des droits par l’autorité politico-administrative locale ; (iii) la tenue des assemblées communautaires pour formuler les demandes de titre de concession forestière des communautés locales à adresser à l’Autorité Provinciale.

Cette réunion sur l’état d’avancement de la foresterie communautaire au Nord-Kivu avait permis à l’organisation FODI de se rendre compte de certains défis auxquels elle pourrait relever.

Toutefois, les résultats atteints méritent d’être consolidés et protégés d’autant plus que la foresterie communautaire est l’une des voies vers la bonne gouvernance des ressources forestières, couplée à la lutte contre la pauvreté des communautés locales et l’émergence de la protection des droits et savoirs traditionnels des communautés sur leur terroir.

Faire un don ponctuel / Devenir donateur régulier.

Rejoignez notre réseau de bénévoles et ensemble menons des actions de protection et conservation de l'environnement.

A PROPOS

Le Réseau pour la Conservation et la Réhabilitation des Ecosystèmes Forestiers (Réseau CREF) est une association sans but lucratif créée le 20 mai 2003 à Kanyabayonga, territoire de lubero, province du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo. Le Réseau CREF est une plate-forme thématique du secteur forestier d’organisation non gouvernementale repartie dans les six (6) territoires de la province du Nord-Kivu : (Walikale, Masisi, Nyiragongo, Rutshuru, Lubero et Beni) et les trois villes (Beni, Butembo, Goma).

INSTAGRAM

Unable to communicate with Instagram.

Suivez nous!

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

INFORMATIONS DE CONTACT