Energies rénouvelables

Depuis 2012, le Réseau CREF s’est engagé dans la réduction de la consommation de bois (bois de chauffe et/ou braise) dans les ménages. Il a produit et vulgarisé les briquettes et les foyers améliorés.

Au total, 862581 briquettes avaient été produites et vendues en villes de Goma, Butembo et Beni.  L’usage des briquettes avait permis de réduire la consommation de la braise ; et par conséquent, le prix du sac de braise est passé de 30 à 18 dollars américains, soit une baisse de 40%. Donc, chaque ménage avait économisé 12 dollars américains par mois qu’il pouvait investir dans les soins de la famille ou encore pour la scolarisation des enfants.

La participation au processus de reconstitution forestière au Nord-Kivu pour contribuer à contrer la déforestation et la dégradation forestière : (i) 1.814,66 hectares de sylviculture et d’agroforesterie communautaires ; (ii) 42.112 foyers améliorés ayant permis d’économiser l’énergie-bois à au moins 50 % au profit de la sauvegarde de la biodiversité forestière; (iii) émissions radiodiffusées à travers 9 chaines de radio pour le changement des comportements des populations locales.

En utilisant les foyers traditionnels, la consommation mensuelle des bois équivaut à 631.680 m3 pour les 42.112 ménages touchés. Si l’on considère que 30m3 valent 1 hectare, ceci veut dire que 21.056 hectares des forêts sont coupés uniquement pour la cuisson. L’utilisation des foyers améliorés entraine la réduction de moitié de la consommation de bois au niveau des ménages ; soit 10.528 hectares des forêts préservés chaque mois, soit 52.640 hectares pour les cinq années (2012-2016).

Les efforts de réduction de la consommation des bois connaissent ces obstacles :

Déficit énergétique, inférieur à 3 % de desserte; entraînant le recours au bois pour la cuisson des nourritures, des briques,… ; et donc le recul continu des forêts ;

Le coût lié à l’acquisition d’un foyer amélioré mobile qui équivalait à 5$

La réticence communautaire à s’impliquer dans l’utilisation des foyers améliorés ; attitude influencée par les us et coutumes;

l’utilisation de briquettes, produisant assez de fumée, toxique à la respiration.

Nous avons concentré nos efforts à la fabrication et la vulgarisation de foyers améliorés fixes et mobiles. De ce fait, on a montré aux communautés les avantages économiques  de l’utilisation d’un foyer amélioré dans le ménage en générant les économies monétaires. Ceci a été possible grace à la mobilisation de près de 200.000 euros.

Fumoir des poissons – Lac Edouard :

L’accompagnement des femmes dans l’installation du fumoir amélioré des poissons à Vitshumbi, en plein Parc National des Virunga pour (i) la préservation des écosystèmes et produits ligneux de ce site du patrimoine mondial de l’UNESCO, (ii) l’allègement du travail de la femme; (iii) l’amélioration de ses conditions sanitaires.

Energie solaire : (i) Utilisation des panneaux solaires au bureau du Réseau CREF pour l’autonomie en énergie à 100% ; (ii) Installation des panneaux solaires aux domiciles de certains acteurs de la Société Civile (7 ménages) dans le cadre de la sécurisation des acteurs.

Plaidoyer contre l’exploration et l’exploitation pétrolière dans le Bloc pétrolier V, incluant le Parc National des Virunga (site du patrimoine mondial de l’UNESCO)  ayant conduit au retrait des actions de l’Eglise anglicane d’Angleterre de la société SOCO International. Tout ce travail a été couronné par l’Obtention du Prix Alexander Soros Foundation/USA entraînant le démarrage de la mise en place de la Maison Verte d’éducation environnementale.

Au côté des initiatives développées par le Réseau CREF, certaines organisations ont mis en place des projets en rapport avec l’accès facile à l’énergie : cas du reboisement à grande échelle autour des Virunga, de la production, vulgarisation et vente des foyers améliorés à travers des coopératives féminines, la construction des centrales hydroélectriques (Alliance Virunga-ICCN), etc.

Innovations :

Etablissement du lien entre l’utilisation du foyer amélioré et l’économie familiale : ceci a poussé aux 42.112 ménages à adhérer à la dynamique de l’économie de bois-énergie ; et le nombre est toujours en croissance au rythme d’environ 20% l’an. L’utilisation des foyers améliorés entraine la réduction de moitié de la consommation de bois dans les ménages ; et a permis de contrer la perte du couvert forestier du Nord-Kivu de l’ordre de 5,93% tous les 6 ans, soit 0,98% l’an.

Installation des panneaux solaires à nos bureaux pour une utilisation à 100% de l’énergie renouvelable en abandonnant l’usage des énergies fossiles. Il faut noter que le générateur tournait presque toute la journée, augmentant ainsi le CO2 dans l’atmosphère. Les organisations membres du Réseau CREF sont de plus en plus inspirées pour emboîter le pas.

Reboisement/domestication des essences forestières du Parc National des Virunga, très prisées par la population pour leur pouvoir calorifique dans la production de l’énergie. Il y a réduction de la pression anthropique sur les forêts du Parc National des Virunga ; et l’amélioration des revenus des ménages dans la vente de certains arbres tirés de leurs boisements.

Au sujet des autres approches, notons la persistance des pratiques d’utilisation des énergies polluantes et celles contribuant à la déforestation par une partie des usagers. Cela se justifie par le déficit énergétique ; surtout dans les ménages à travers l’utilisation des générateurs, bois-énergie et braise. S’agissant de reboisement aux essences forestières, quelques personnes hésitent parce que celles-ci croissent lentement. Ces personnes cherchent à accéder rapidement au revenu des arbres pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

De l’existence des initiatives comparables : Reboisement à grande échelle et communautaire ; Construction des centrales hydroélectrique et émergence des initiatives privées dans la production et distribution des énergies renouvelables (cas des panneaux solaires dans les villes et grandes agglomérations) ; et des centrales hydroélectriques.

S’agissant des particularités de nos innovations : en plus des actions de terrain, nous menons le plaidoyer pour le changement de politique énergétique alors que d’autres acteurs se limitent aux actions de terrain. Nous partons du local à l’international en passant par le provincial et le national en tenant compte du consentement communautaire.

Vision :

Les énergies renouvelables de qualité facilement accessibles pour la préservation des biens publics internationaux (nourriture, eau, biodiversité, climat, moyens de subsistance) et le développement durable des communautés locales et peuples autochtones pygmées.

Stratégies :

Renforcement des capacités des acteurs sur les énergies renouvelables, les biens publics internationaux et le développement durable.

Plaidoyer pour le changement de politique énergétique

Appuyer l’accès à l’énergie durable aux communautés locales et peuples autochtones pygmées.

Obstacles :

L’engouement du gouvernement à exploiter le pétrole malgré son engagement dans le développement vert à travers la signature de l’accord de Paris sur le changement climatique

Non-respect de principes de bonne gouvernance dans le secteur énergétique.

Faible capacité de mobilisation financière par le gouvernement pour produire et distribuer les énergies propres.

Réalisations futures

Stratégie1 Renforcement des capacités des acteurs : Formation sur les énergies renouvelables, échanges intercommunautaires, vulgarisation des textes de lois, Foire énergétique, renforcer la maison verte d’éducation environnementale.

Stratégie2 Plaidoyer pour le changement de politique énergétique : Contribuer à l’élaboration d’une politique énergétique provinciale et nationale, poursuivre la lutte contre l’exploitation pétrolière dans les blocs 3, 4 et 5 ;  mener des études d’impact environnemental et socioéconomique des projets énergétiques au Nord-Kivu ; Participer aux réunions d’échanges et d’apprentissage au niveau local, provincial, national et international ;

Stratégie3 Appuyer l’accès à l’énergie durable aux communautés locales et peuples autochtones pygmées : Renforcer le Fumoir des poissons de Vitshumbi, créer d’autres fumoirs au Lac Edouard; Installer les microcentrales hydroélectriques au sein des Concessions Forestières de communautés locales.

Pour relever le defis en matière d’energie renouvelable et de durabilité,  le Réseau CREF a procédé à des activités pour :

-Appropriation du débat autour de la question du pétrole dans le parc national des Virunga par les communautés locales et peuples autochtones pygmées

– Sensibilisation des communautés forestières sur les droits et la gestion durable des ressources

– Intensification agricole dans les forêts secondaires et les jachères

– Développement des initiatives de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau dans le paysage virunga par d’autres acteurs.

– Etablissement des liens entre la croissance démographique et la durabilité des ressources naturelles

– mise en œuvre des initiatives  d’agroforesterie par les acteurs jadis impliqués dans le reboisement à eucalyptus

Faire un don ponctuel / Devenir donateur régulier.

Rejoignez notre réseau de bénévoles et ensemble menons des actions de protection et conservation de l'environnement.

A PROPOS

Le Réseau pour la Conservation et la Réhabilitation des Ecosystèmes Forestiers (Réseau CREF) est une association sans but lucratif créée le 20 mai 2003 à Kanyabayonga, territoire de lubero, province du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo. Le Réseau CREF est une plate-forme thématique du secteur forestier d’organisation non gouvernementale repartie dans les six (6) territoires de la province du Nord-Kivu : (Walikale, Masisi, Nyiragongo, Rutshuru, Lubero et Beni) et les trois villes (Beni, Butembo, Goma).

INSTAGRAM

Unable to communicate with Instagram.

Suivez nous!

ABONNEZ-VOUS A LA NEWSLETTER

INFORMATIONS DE CONTACT